Le végétalien épicurien

Cuisiner sans souffrance animale et vivre façon végane

"Les animaux comprennent la mort"...

Samedi 1er janvier 2022...
Pour débuter cette nouvelle année, je vous fais partager ma lecture de ce matin, un article très intéressant de l'Amorce, revue contre le spécisme, que je vous invite à découvrir: 


Et pour ceux qui ne connaissent pas encore l'Amorce, "revue en ligne engagée théoriquement et politiquement contre le spécisme", mais aussi "un espace de débats, un lieu de réflexions critiques et bienveillantes", dont Martin Gibert et Axelle Playoust-Braure sont les rédactrices en chef (non, non, je ne me suis pas trompé :-),  je vous renvoie à cette page de son site qui vous en apprendra un peu plus...:        https://lamorce.co/le-projet/

À partager sans modération avec votre entourage ! La valeur de l'exemple est une composante importante de notre lutte en faveur des animaux-non-humains...



C'est pas la fête pour tous !... 

Décembre 2021... Rien de bien nouveau sous un soleil blafard: si la fin d'année est synonyme de fête pour certains, pour d'autres elles signifient un lit de glace puis une fin prématurée dans l'eau bouillante...  Je veux parler évidemment des langoustes, homards et autres "fruits de mer"...
Or, et pour ceux qui en douteraient encore, une toute récente et exhaustive étude britannique (1) d'une 100aine de pages, sortie en novembre 2021, Review of the Evidence of Sentience in Cephalopod Molluscs and Decapod Crustaceans (de Jonathan Birch, Charlotte Burn, Alexandra Schnell, Heather Browning et Andrew Crump), vient confirmer ce que des études moins ambitieuses montraient déjà: les représentants de la famille des céphalopodes (pieuvres, seiches, calamars, ...) et décapodes (langoustes, homards, écrevisses, crevettes, ...) ont toutes les capacités pour ressentir la douleur et l'appréhender: facultés que l'on regroupe sous le nom de sentience...

Je viens juste de prendre connaissance de cette étude et n'ai pu qu'en parcourir les grandes lignes. 

Les passages sur la mise à mort de ces animaux (pages 9 et 74) a cependant retenu mon attention:

" We recommend that the following slaughter methods are banned in all cases in which a more humane slaughter method is available, unless preceded by effective electrical stunning: boiling alive, slowly raising the temperature of the water, tailing (separation of the abdomen from the thorax, or separation of the head from the thorax), any other form of live dismemberment, and freshwater immersion (osmotic shock)." (page 9) 

Pour ceux qui pataugent un peu dans la langue de Shakespeare, retenez que les auteurs recommandent de bannir des méthodes de mise à mort, telles que les plonger dans de l'eau bouillante (la mort n'y est pas instantanée mais n'arrive qu'après 2 à 4 minutes, j'ai malheureusement pu le constater...), ou dans de l'eau glacée, voire dans le compartiment freezer de votre frigo (plus d'1 heure avant de mourir...), de les couper ou les démembrer vivants... (pp. 9 et 74)

Le plus simple, sera évidemment de foutre la paix à ces animaux comme aux autres et de renoncer à une nourriture carnée... :-)

Alors, on pouvait s'y attendre, il y a déjà ceux qui crient au mélange des genres: oui, ils réagissent bien aux agressions, mais cela ne veut pas dire qu'ils ressentent la douleur, qu'ils souffrent...                          Mais à cet égard, François Sarano, docteur en océanographie qui a travaillé sur la Calypso avec l'équipe du commandant Cousteau de 1985 à 1997, nous offre une réflexion pertinente: « Peu importe qu'ils aient mal ou qu'ils n'aient pas mal, ce qui fait que nous, nous sommes différents de tous les animaux, c'est que nous avons conscience de ce que nous infligeons aux autres autres et cette conscience là nous donne la responsabilité de les respecter le plus possible, et c'est ce respect des autres, quels qu'ils soient, qui fait que nous sommes différents, c'est notre humanisme que nous détruisons lorsque nous agressons pour rien, lorsque nous mutilons pour rien, même des animaux qui n'ont pas de souffrance. C'est à ça qu'on juge que nous sommes différents. (...) Il faut prêter considération, attention, à toutes les créatures vivantes qui sont autour de nous et qui sont toutes singulières. Toute leur identité génétique et leur personnalité qui se construit sur des expériences propres. Il n'y a dans ce monde que des singularités auxquelles nous devons prêter égard. » (2)

Vous retrouverez l'intégralité de l'étude en cliquant sur le lien:

(1): https://www.lse.ac.uk/News/News-Assets/PDFs/2021/Sentience-in-Cephalopod-Molluscs-and-Decapod-Crustaceans-Final-Report-November-2021.pdf

Ainsi que des éléments de discussion intéressants la concernant dans l'émission Sauvons les océans ! de Mathieu Vidard du jeudi 23 décembre 2021:

(2): https://www.franceinter.fr/emissions/la-terre-au-carre/la-terre-au-carre-du-jeudi-23-decembre-2021 (28:12 et 34:34)


En avant première, la sortie de notre nouveau livre, écrit à 4 mains (les miennes se sont chargées du texte :-) : 50 recettes végétariennes et végétaliennes mises au point depuis 20 ans  par le restaurant La Tarteline, à Grenoble,  avec lequel j'ai collaboré à ce projet et qui vous livre ses secrets de cuisine!  Vous êtes invités aux dédicaces ! (avec dégustations, évidemment ;-): Youpiiii !



Prologue

Au voyageur du XXIème siècle en perdition sur le net et qui vient d'échouer sur cette page, quelques lignes d'explication s'imposent... Ce site, en construction, a été initialement conçu comme un appendice destiné à recevoir la  bibliographie, trop imposante (330 références),  d'un nouveau livre sur lequel je travaille et qui ne sortira qu'en mars 2022 (un petit virus oblige...) chez Geste éditionsTout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le végétarisme, le végétalisme et le véganisme sans jamais oser le demander. Réponse à 101 questions et idées reçues.  Et puis, je me suis dit que, quitte à être sur la toile, autant que ce temps passé puisse être un trait d'union entre vous et moi.  Vous, je ne sais pas, mais moi je suis un être humain fatigué de cette cécité institutionnelle qui massacre, ne serait-ce que pour notre alimentation, 65 milliards d'animaux par an, soient 2000 chaque seconde que vous passez à lire ces lignes (Elevage-viande : statistiques mondiales écologiques en temps réel). Sans compter toute la souffrance générée dans notre quotidien par l'utilisation de vêtements mettant les animaux à contribution (cuir, laine, soie, plumes), de produits testés sur les animaux ou fabriqués à partir de produits animaux (poils de pinceaux, colles, colorants, gélatines,...) et sans oublier nos loisirs, parfois inconscients de ce qu'ils cautionnent ( cirques, zoos, corridas,...).  Tout cela contribue à l'exploitation et à la souffrance animale.  C'est ainsi que je suis devenu végétarien (ça, c'était avant), puis végétalien et végane (ça, c'est maintenant). 

Sur ce blogue, il ne s'agira pas de vous parler de mon quotidien, suffisamment ordinaire pour ne pas présenter d'intérêt particulier, ni de mes états d'âme (version Cioran, joyeux drilles passez votre chemin !:-), mais plutôt de mon travail de recherches quasi permanent - forme de militantisme - mis au service de l'alimentation végétalienne et donc de mes amis les animaux-non-humains. Certains font déjà ce travail - signe de temps nouveaux - avec beaucoup de talent et de succès. Je pense à Marie Laforêt qui partage sur son blogue ses recettes véganes, originales et savoureuses (100 % Végétal | Marie Laforêt), ou à Elena Korobova et Frédéric Zegierman-Gouzou, auteurs inventifs et prolifiques qui revisitent les standards de notre patrimoine culinaire (France végétalienne), à Laurence Pieau et son site Alternative Vegan (https://alternative-vegan.com) qui fourmille de bonne idées et fait montre d'une approche pertinente et dans le respect de tout un chacun, sans oublier Matthieu Ricard - un Maître à penser et à agir pour moi -  qui met sa bienveillance au service de tous les animaux, humains et non-humains ( https://www.youtube.com/watch?v=0FShvkscQfI ) .   Et tant d'autres encore, extrêmement talentueux qui me pardonneront de ne pas les citer. Leur approche est souvent généraliste et j'ai donc fait le choix de vous livrer plus spécifiquement le fruit d'un travail sur des sujets particuliers liés à l'alimentation végétalienne: bienfaits ou méfaits de l'huile de coco; l'actualité brûlante de la noix de cajou; impact de la noix de coco sur la vie des singes macaques à queue de cochon végétalisme et religions; ... et quelques autres que vous retrouverez sous l'onglet RUBRIQUES EN VRAC. Beaucoup de ces sujets de recherche m'ont été inspirés par mon amie Annabelle, pâtissière émérite et exigeante, sympathisante végétalienne qui aime bien me pousser dans mes retranchements culinaires et pointer du doigt les faiblesses et répercussions potentielles liées au végétalisme... Bon, comme vous ne connaissez pas Annabelle, ça vous fait donc une belle jambe, comme disait ma mère Simone - auvergnate et cuisinière émérite elle aussi, mais non végane, loin s'en faut, comme quoi... -, mais j'avais l'envie de rendre cet hommage à mon amie Annabelle...

Vous trouverez donc sur ce site:                                                                                                                     - La bibliographie précitée (onglet MA BIBLIO VÉGÉ) et qui peut vous intéresser, même en dehors        du livre auquel elle se rattache. Les diverses références renvoient en effet à des articles                        concernant le végétarisme en général, les végétalisme et véganisme en particulier, articles                     auxquels vous aurez accès par un simple clic.                                                                                               - Des articles concernant les sujets précités (onglet RUBRIQUES EN VRAC).                                            - Des recettes véganes (onglet RECETTES), que nous avons mises au point et qu'il vous appartient         de propager (en citant leur origine, évidemment, et dans une perspective non commerciale :-)               - Un choix de livres (onglets LIVRES)consacrés aux végétarisme, végétalisme et véganisme.

Je vous souhaite un bon voyage ☼.                                                                                                             Vous pouvez aussi m'envoyer une petite carte postale à l'adresse figurant dans l'onglet M'ÉCRIRE.


Sur un passage clouté de la place Brugmann à Bruxelles...

Le végétalien épicurien | Tous droits réservés
Optimisé par Webnode
Créez votre site web gratuitement !