À propos

Celui qui se cache derrière le clavier...

Manger bien sans se priver et sans occasionner de souffrance animale...                           Telle pourrait être la ligne directrice suivie au fil de ce blogue, né de l'écriture de mon dernier livre, Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le végétarisme, le végétalisme et le véganisme sans jamais oser le demander. Réponse à 101 questions et idées reçues. Ce petit opuscule, qui sortira aux éditions La Geste au printemps 2022, ne permettait pas par son format de faire figurer toute la bibliographie (330 références, soient plus de 30 pages...) sur laquelle je me suis appuyé pour sa conception. Renvoyer vers ce site le lecteur qui souhaiterait consulter cette bibliographie m'a donc semblé une solution avantageuse, tant par la place gagnée que par la possibilité d'actualiser les références et d'y accéder par un simple clic. Et puis, quitte à exister, ce site m'a offert l'opportunité de devenir un lien entre vous et moi... Il eut été dommage de s'en priver.                                                                                           

Mais faisons un peu connaissance.                                                                                             Je vous rassure, je ne m'aime pas suffisamment pour me laisser aller à une logorrhée aussi inutile et prétentieuse qu'indigeste. Il s'agit juste de comprendre comment une personne, a priori saine de corps et d'esprit (même si de ce côté-ci j'ai parfois quelques doutes ;-), nourrie au foie de veau et aux côtelettes d'agneau depuis sa plus tendre enfance, en arrive à passer à l'ennemi et à grossir les rangs des quelques 1% de végétaliens français, au risque de plomber quelque peu l'ambiance des repas de famille...              

                                                                                                                                                    Issu d'un milieu modeste dans lequel le contenu des assiettes était une façon de transcender l'ordinaire du quotidien, j'ai été très tôt initié aux plaisirs de la bonne chère et  pu observer les gestes de ma mère, et de ma grand-mère lors de mes vacances dans les cités Michelin de Clermont-Ferrand, toutes deux cuisinières émérites. C'est ainsi que l'on apprend le mieux, dans une cuisine à la table en Formica® où s'élaborent des plats mitonnés dont les parfums affolent les papilles..

Cuisiner, c'est se livrer à une véritable alchimie, transmuter des ingrédients - déjà véritable offrande de la nature - en un plat savoureux qui se partagera entre amis autour d'une table.  Mais il m'est vite apparu comme une évidence que je ne pouvais pas me nourrir de ceux que je considère aussi comme mes amis, je veux parler des animaux-non-humains

Car, il n'y a aucune obligation, de quelque ordre que ce soit, à devoir se nourrir de la chair d'un animal.

La souffrance animale liée à notre alimentation est désormais connue de tous et l'on ne peut détourner la tête comme si de rien n 'était.                                                                                 Le problème peut s'envisager sous deux éclairages: l'un éthique, l'autre pragmatique et compassionnel.                                                                                                                                - Du côté de l'éthique, l'arrogance de l'homme vis à vis de ce qui l'entoure, cette souveraineté absolue sur les êtres sensibles, telle que la définit la philosophe Corine Pelluchon (Réparons le monde, 2020, p.20) me semblent insupportable et source d'un anthropocentrisme délétère.                                                                                                           - Du côté du pragmatisme, Paul Mac Cartney dénonçait il y a une dizaine d'années, dans une vidéo pour l'association Péta, la cruauté inhérente aux abattoirs par cette formule : "Si les abattoirs avaient des murs en verre, tout le monde serait végétarien" (Si les abattoirs avaient des vitres.. Version Francaise - Vidéo Dailymotion ). Comment peut-on en effet accepter d'infliger une telle souffrance à un animal qui ne vous a rien fait et qui ne demande qu'à vivre tranquillement ?

Lorsque vous prenez conscience de tout cela, il devient impossible de refermer la porte et de manger tranquillement son escalope de veau. C'est ainsi que l'on devient végétarien. Passer du végétarisme au végétalisme est une histoire de temps, celui qu'il faut pour faire le choix de la cohérence (je dois cette locution au philosophe Martin Gibert: Voir son steak comme un animal mort, 2015, p.11). Du végétalisme au véganisme, il n'y a ensuite qu'un pas, là aussi celui de la cohérence.

Un autre Chemin de vie est pour moi le bouddhisme qui guide ma vie, telle une évidence, depuis une trentaine d'années, éclaire et conforte mes choix.                                             Vous savez maintenant l'essentiel de celui qui se cache derrière cet écran. 



"Grand Bouddha aux lunettes de soleil"  (Photo: Hisa)